• http://www.le-fil.com/IMG/jpg/BRAIN_DAMAGE_BBS_-_couv_www.jpg

    Note :

    http://www.myspace.com/braindamagedub

    http://www.blacksifichi.com

    http://www.myspace.com/sifichi

    Sortie : 2010

    Style : Electro Dub , Dark Electro

    Tracklist :

    1 : There is a wind
    2 : Ignore
    3 : Only lost in the sound
    4 : Smoke in our minds
    5 : Bull's ass
    6 : Don't ask me why
    7 : Possibility of love
    8 : Plain white butterfly
    9 : The tower to eternity
    10 : My legs, my arms, my mind & my brain
    11 : Invisible clign
    12 : Hope of utopia

    DOWNLOAD1.gif

    REVIEW CONNECT

     


    Ce cinquième opus marque le grand retour des stéphanois vers un dub ambient, chargé d’émotions sombres et mélancoliques. Pour autant, cet album - loin du dub anglo jamaïcain époque « Ashes to Ashes Dub to Dub » - prend une fois de plus à contre pied tout ce que le duo a pu proposer par le passé. Le son, basé sur une nonchalante rythmique dub devient l’armature d’un ensemble brut et indivisible, emprunt d’une énergie sourde et lancinante. Preuve en est, «Ignore», où synthés, bruits d’eau et autres grincements se mêlent puis se confondent pour former une boucle hypnotique et progressive, ou «Only lost in the sound» véritable descente dans des abîmes blafardes et mystiques. Chaque titre révèle un pouvoir émotionnel inaltérable («Plain White Butterfly»), racontant des histoires singulières qui convergent en cet endroit béni vers lequel seule la musique est capable de conduire : les tripes et le coeur. Côté invités, le poète Black Siffichi devient l’ultime protagoniste du groupe. Si bien que ce cinquième album constitue sans nul doute une synthèse fondamentale de la discographie de Brain Damage.

    by Jarring Effects - Nuke Magazine #12


    Technorati

  • http://photos-a.ak.fbcdn.net/photos-ak-snc1/genericv2b/1045/53/01AwcA9kYRWCgAbFQBAAAAAhHQrnw:.jpgNote :



    http://spokendub.free.fr/
    http://www.myspace.com/braindamagedub

    Sortie : 2006
    Style : Electro Dub ,  Dark Electro , Spoken Word


    Tracklist :

    1. Intro

    2. Sterile

    3. Fenetres

    4. Embolism

    5. Mistaken identity

    6. Metroconversation

    7. Under the ground

    8. Mad truth

    9. Rahtid

    10. The beer mystics last day on the planet

    11. Pure scenario

    12. Final enclosure

    DOWNLOAD1.gif







    Première fois signée chez Jarring effects, Brain damage est le groupe de dub français qui ose franchir le plus les frontières de son style en y administrant une vision moderne et sans limites. Always Greener démarquait le combo par leur façon émotionnelle d’aborder le dub ; Ashes to Ashes / Dub to Dub montrait une esthétique sonore aboutie avec une nouvelle passion pour le spoken word (et les textes de Black Siffichi, désormais passé pour référence du genre). Dans Spoken Dub Manifesto, le duo assume totalement cette nouvelle orientation avec pour seul fil conducteur : le dub poetry. La pléiade d’invité offre au concept une grande richesse, d’une part due à la liberté narrative des intervenants, et d’autre part, par les expérimentations que les musiciens ont bâti. Nombreux instruments (Guitare, duduk, ney, vibraphones) ont été utilisés pour la création des samples, remodelés et réinjectés autour des narrations et de la basse. Les prestations sont multiples et personnelles. Entre le style dénonciateur de Black Siffichi, la poésie orientale de Mohammed El Amraoui et le rap brut de Giovanni Marks, Suzanne Thoma adopte la sensualité et la douceur. Pourtant non dépourvue de charme, Emiko Ota préfère, par une approche moins organique et plus directe, faire passer son discours dur avec énergie. Le grand Mark Stewart, sur l’étrange Mad Truth, prête sa voix grésillante au côté d’un sample paradoxal, à la fois simple et complexe, roots et sauvage. Plus sage, le spécialiste des techniques vocales ancestrales, Bart Plantenga, exprime une récitation claire et articulée sur une excellente track évolutive. Avec ce véritable travail de collaborations, Brain damage crée la parfaite osmose entre son univers musicale et les travaux des vocalistes. L’effet apporté est, au départ, étrange et dur à assimiler. Puis, après plusieurs écoutes, tout devient clair et Spoken Dub Manifesto apparaît comme la nouvelle perle du parcours des stéphanois, malgré l’absence de titre phare émo-dub digital, comme Cube Dub a pu l’être sur leur deuxième album. Mais cette petite frustration est totalement annihilée par le plaisir que procure la découverte de toutes les subtilités et finesses de la galette. Il est nécessaire pour le groupe de prendre des risques et de s’entourer de personnalités aux horizons et nationalités différentes, toutes ouvertes aux expérimentations et à cette perception diversifiée de la musique. Décontenançant par sa forme et proche d’une production Wordsoundienne, Spoken Dub Manifesto doit marquer le paysage dub français, et s’imposer comme un simple coup de maître. Chapeau bas Messieurs Brain damage !
    Chroniqué par Kiteklat
    permalink


    SterileFenetresEmbolism
    MistakenMetroconversationUnderTheGround MadTruth
    RahtidTheBeerMysticsPureScenarioFinalEnclosure
    Technorati




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique