• http://images.music-story.com/img/album_N_400/noir-desir-du-ciment-sous-les-plaines.jpg

    http://www.noirdez.com

    Origine du Groupe : France

    Style : Alternative Rock

    Sortie : 1991



    Par Captain_Destroy

    pour http://www.destination-rock.com



    Le succès n’est pas forcément un cadeau, surtout quand on ne le désire pas. Il peut être destructeur comme l’a prouvé la fin tragique de Cobain. Il peut aussi effrayer ceux qui ne s’y sont pas
    préparé comme Noir Désir, à la suite de Veuillez rendre l’âme… Un disque plus que bien vendu et une chanson, "Aux sombres héros de l’amer", rabâchée en radio, télé et public. Surtout une sale
    impression que les gens ne prennent pas le groupe au sérieux. Que beaucoup n’y voient guère qu’un boys band qui n’a fait et ne fera qu’un titre. Titre d’ailleurs surestimé, selon l’avis des
    bordelais, avec son enfilade de jeux de mots approximatifs. Bref les Noir Dez, s’ils peuvent être satisfaits du succès critique et populaire du disque, sont franchement méfiant vis à vis du bruit
    qu’ils font, conscients de n’être pas exactement reconnus pour ce qu’ils sont vraiment.



    Aussi pour ne pas laisser de place au malentendu décident-ils, pour leur second album, d’aller explorer leurs propres profondeurs pour découvrir ce qu’ils y ont enfouit. De ne se concentrer que
    sur eux et ce qu’ils ont vraiment à dire, sans se préoccuper du monde alentour ou d’un autre enjeu que l’artistique. D’où un disque autiste, pour une plongée en enfer. A l’image de la pochette
    tout n’est que brûlures, air ardent et chaleur étouffante. Oubliés les souffles d’air du premier disque, tout ici n’est que rock malade et décharné, essentiel. Le ton est souvent dans les graves,
    de la guitare de Serge généralement arpégée et distordue à la voix de Cantat qui se fait sombre et poisseuse. Les quelques éclats aigus, semblant être sortis de leur boite par inadvertance,
    retombent rapidement dans la torpeur. Et même lorsque l’originalité pointe son nez, ce n’est que pour nous renvoyer un nouveau souffle brûlant dans les oreilles, comme cet harmonica dans
    "Charlie" qui nous transporte droit sous le lourd soleil du désert du Colorado.



    Les mots de Cantat sont tout aussi désolants. Le désespoir et la mort coulent de sa bouche et racontent un monde étouffé par la compétition économique dans lequel il y a des chances que rien ne
    bouge et où il ne saurait y avoir de "route pour la joie". Dans sa lucidité, le groupe se retrouve incapable de faire sonner l’optimisme. Qu’elle soit lancinante, rapide, violente ou éteinte, la
    poisse de Noir Désir dégorge des enceintes et cerne l’auditeur telle une coulée de lave défilant à ses pieds. Calme et inarrêtable, elle lui noircit les yeux et le charge d’une force sombre prête
    à exploser, si par hasard une occasion se présenterait. Elle seule aura peut-être la force de déchirer le ciment sous les plaines, cette immondice qui a fait du monde un endroit bien morne. Bien
    sûr, ce ne sera pas facile. Ce sera même la guerre. Sortez les oriflammes ! Ne comptez ni sur la vie ni sur l’amour, ils ne sont d’aucun réconfort ici ! L’amour, ce bâtard de la tendresse comme
    disait Ferré. Celui qui nous enferme alors qu’elle, elle va où elle veut. Le seul réconfort sera la destruction... Comme "Le Zen Emoi", titre complètement déconstruit, attaqué hard-rock avant de
    sortir de la route, agonisant ensuite de longues minutes dans ce solitaire environnement. En quittant ce monde tout n’est que ruines et cendres.



    Denis Barthes résumait ainsi l’album : On ne va pas en vendre des millions, mais on s’en fout complètement. Et comment ! Car au moins on aura vu le vrai Noir Dez, la face sombre. Voilà ce que
    cachait le groupe derrière les bons mots. Des mots que Bertrand a pris soin de rendre moins accessibles. Plus de références à Lautréamont, moins de double sens. Et surtout un disque chanté aussi
    bien en français qu’en anglais. Un exorcisme salutaire, une œuvre primordiale au plus profond des noires pensées de l’Homme. Et une production à découvrir pour ceux qui ne connaissent que les
    grosses cylindrées du groupe.

     









    Tracklist :

    1 - No no no

    2 - En route pour la joie

    3 - Charlie

    4 - Tu m'donnes le mal

    5 - Si rien ne bouge

    6 - The holy economic war

    7 - Tout l'or   

    8 - La chanson de la main

    9 - Pictures of yourself

    10 - Les oriflammes

    11 - Elle va où elle veut

    12 - Le zen émoi

    13 - The chameleon

    14 - Hoo doo

    mp3

    DOWNLOAD1.gif





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique