• http://ekladata.com/68dAjRT-TyNcaTIf0ZqY8toNUdQ.jpg

    http://www.tonkori.com

    http://www.myspace.com/okidubainuband

    Origine du Groupe : Japan

    Style : Alternative Fusion World

    Sortie : 2010



    Par Catherine Thieron  pour http://www.lamediatheque.be



    Personnage atypique dans le paysage musical japonais contemporain, Oki se singularise par son mélange osé de traditions et de modernité, comme le prouve cet étrange album…



    Voici une quinzaine d’années que le musicien Kano Oki contribue activement à mettre en exergue la culture aïnoue, dont les différentes formes d’expression – langage oral, danse, musique – sont en
    voie de disparition depuis qu’elles furent officiellement bannies par le gouvernement japonais en 1799. Le but était alors de diluer la population aïnoue au sein de la société japonaise dans un
    effort d’homogénéisation du pays qui, hélas, ne fut pas vain.



    Cette culture, pourtant, est tout à fait fascinante de part ses origines hybrides, à cheval entre Russie et Japon. D’ailleurs, l’île qui donne son nom à cet album, Sakhaline, fut longtemps
    japonaise avant d’être rattachée à l’URSS en 1945, et l’on retrouve dans la musique aïnoue des éléments communs à certaines pratiques artistiques sibériennes, tels que le chant diphonique (ou
    chant de gorge) qui consiste à produire simultanément plusieurs sons à la fois.



    2Ce melting pot culturel fait des traditions aïnoues un terrain d’études passionnant, dont Oki est probablement le meilleur ambassadeur. Né d’une mère japonaise et d’un père aïnou, il ne prend
    pourtant conscience de ses racines qu’à l’âge de 24 ans, avant de devenir musicien. Le hasard voudra qu’il joue du tonkori, cet instrument traditionnel à cordes qu’il apprendra à l’oreille et qui
    scellera son destin musical.



    Depuis, Oki explore l’histoire de ses ancêtres, faisant de chacun de ses albums et de ses (nombreuses) collaborations une pierre supplémentaire à l’édifice d’un renouveau aïnou.



    Revival aïnou



    Pour le deuxième album studio de son Oki Dub Ainu Band, le musicien japonais s’est à nouveau bien entouré pour un résultat on ne peut plus surprenant: le tonkiri cher à Oki côtoie les ambiances
    dub et electronica du producteur Naoyuki Uchida, les rythmiques chaloupées du batteur Takashi Numazawa, la nonchalance ska du claviériste Emerson Kitamura et le pandeiro du persussionniste
    brésilien Marcos Suzano.



    Passée la surprise de la première impression, on se retrouve à dodeliner de la tête et du popotin sur ce pot-pourri d’instruments d’hier et d’aujourd’hui, à chanter en yaourt sur des titres
    imprononçables et à se sentir heureux, tout simplement, qu’une certaine éducation musicale n’aille pas forcément de paire avec un ennui profond.



    Débarrassé de tout académisme, Oki milite pour la reconnaissance de son peuple avec la plus redoutable des armes : la musique populaire. Ainsi, quand il lui arrive de se produire dans les écoles,
    plutôt que de discourir pendant des heures d’histoire et de géopolitique, le musicien invite les enfants à apprendre les danses traditionnelles aïnoues. Une façon à la fois ludique et
    intelligente de sensibiliser les plus jeunes aux diversités culturelles de leur propre pays.

     







    Tracklist :

    1. SuperHeavy     5:05

    2. Unbelievable     3:50

    3. Miracle Worker     4:09

    4. Energy     3:42

    5. Satyameva Jayathe     4:07

    6. One Day One Night     4:37

    7. Never Gonna Change     4:23

    8. Beautiful People     5:00

    9. Rock Me Gently     5:59

    10.I Can't Take It No More     3:21

    11.I Don't Mind     4:59

    12.World Keeps Turning     3:47

    13.Mahiya     3:26

    14.Warring People     5:06

    15.Common Ground     3:43

    16.Hey Captain          3:33

    mp3

    DOWNLOAD1.gif

    Technorati




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique