• http://ekladata.com/Drx5zETvoKWkBDrgAzJctdCfVTM.jpg

    http://www.myspace.com/raashanahmad

    Origine du Groupe : North America

    Style : Hip Hop , Rap

    Sortie : 2010



    Par   pour http://branchetonsonotone.com



    Deux mois déjà que je me rends coupable d’un crime sans nom. Les aléas de la vie, bons ou mauvais, m’ont donc poussé à passer à l’acte ou plutôt à feindre l’action. Car un emploi du temps chargé
    ajouté à certains bouleversements émotionnels ont bridé mon inspiration déjà sujette habituellement à de sérieuses tendances à la procrastination. L’année 2011 déjà bien entamée, je ne pouvais me
    défiler plus longtemps. J’avoue tout. Oui tout. J’ai omis de vous présenter l’album hip hop de l’année 2010. J’ai honte mais je me dis que finalement c’est un mal pour un bien car de cette façon,
    j’ai pu décortiquer l’ensemble des Topé 2010 issu de la blogosphère et constater l’absence chronique de ce bijou de production musicale. Oubli majeur ou faute professionnelle de la part de 
    certains webzines? Beau débat en perspective.



    Au lieu de me torturer l’esprit sur cette question, je préfère vous présenter la bande originale de mon quotidien depuis deux mois : For What You’ve Lost de Raashan Ahmad. Faisant office de
    mystère aux yeux du grand public, le MC n’en est pourtant pas à son coup d’essai puisqu’il parcourt les scènes underground depuis 1999 et la sortie du premier album de son ancien groupe Mission.
    En quelques années, le rappeur californien s’est fait un nom en devenant notamment le leader du groupe Crown City Rockers dont les influences soul jazzy déteindront plus tard sur les opus solo de
    Raashan Ahmad. En 2008, le rappeur bercé aux sons de A Tribe Called Quest et des Native Tongues commença à voler de ses propres ailes avec la sortie de The Push avant d’enchaîner l’année suivante
    avec l’album Soul Power. Malgré l’indéniable qualité de ces deux premiers essais, une telle cadence de production n’allait-elle pas nuire à l’esprit créatif de Raashan Ahmad ?



    A croire que je n’aurais jamais du ne serait-ce qu’une seconde sous-estimer notre homme tant la claque fut violente au moment d’écouter For What You’ve Lost, disponible dans les bacs français
    depuis novembre dernier. Quel bonheur pour un amoureux de musique comme moi que d’entendre des productions aussi soignées sur lesquelles Raashan Ahmad vient poser son flow malléable, parfait
    métronome de sa voix puissante. L’album – d’une constance rare – transpire d’agréables paradoxes qu’il est nécessaire d’égrener. Quel fut tout d’abord mon étonnement lorsque j’ai constaté que ce
    LP de rap américain était d’abord sorti en France – même si le label Tradvibe qui produit For What You’ve Lost est français. Ce n’est que depuis le début d’année 2011 que l’album commence à
    sortir un peu partout dans le monde, au Japon, en Australie puis aux Etats-Unis. Drôle d’itinéraire qui s’explique peut-être par l’origine des producteurs des 13 tracks de l’opus.



    Puisque le rap sauce soul/jazz n’est plus l’apanage de producteurs américains davantage attirés par des sonorités électroniques, Raashan Ahmad s’est notamment tourné vers des artistes japonais –
    Mitsu the Beats – australiens – Paper Plane Project – et français – Soul Square – pour composer les instrumentales de For What You’ve Lost. Le résultat est somptueux de justesse, d’ingéniosité,
    de dynamisme, d’énergie positive… le mots me manqueraient presque pour définir ce qui est pour moi le meilleur album sorti depuis The Renaissance de Q-Tip en 2008.



    Si Raashan Ahmad est un grand garçon et peut rapper seul sur de magnifiques titres comme Pain On Black, In Love With Wax ou le nostalgique Remember, il n’a pu s’empêcher de faire appel à de
    nombreux featurings pour parfaire son oeuvre. Au moment de concocter la liste d’invités présents sur l’album, il semble d’ailleurs qu’il ait du enfiler un costume d’alchimiste tant le mélange de
    sombres inconnus et de légendes vivantes au sein de sa tambouille musicale est pertinent, toujours dans une quête du son parfait. Aux côtés de légendes vivantes et de figures reconnues de la
    scène hip hop telles que Gift Of Gab, – dont la voix suave se marie à merveille avec celle d’Aloe Blacc sur Falling - Count Bass D, Stro The 89th Key du groupe The Procussions ou encore la
    chanteuse soul Noelle Scaggs, le rappeur californien a convié de jeunes talents prêts à ajouter leur propre touche pour faire durer le plaisir. L’exemple des chanteuses Silya Nyomen et Catlin
    Meissner est à ce titre prégnant : la première impulse un vent de fraîcheur incroyable sur l’énorme These Foolish Things alors que la seconde susurre avec tendresse les refrains du relaxant Just
    Cool.



    Un pour tous, tous pour un : tel est le dicton que l’on pourrait appliquer à cet exceptionnel album sur lequel des artistes de tous horizons se sont mis au service de l’art, sans prêter attention
    aux modes actuelles. For What You’ve Lost applique les codes thématiques et mélodiques d’un rap puriste – imprégné de soul et de jazz – issu du début des 1990s sans s’avérer obsolète, bien au
    contraire.

     







    Tracklist :

    01. Intro

    02. The Feel Good (Feat. Stro The 89th Key & Ragen Fykes)

    03. My Imagination (Feat. Dominic Lalli)

    04. In Love With Wax (Feat. Dj Mahf)

    05. Sunshine (Feat. Noelle Scaggs)

    06. Hey Now (Feat. Rita J & Moe Pope)

    07. Beautiful Ugly (Feat. Adam Theis)

    08. Just Cool (Feat. Caitrlin Meissner)

    09. These Foolish Things (Feat. Count Bass D & Silya Nymoen)

    10. Understanding (Feat. Capital D)

    11. Remember (Feat. Headnodic)

    12. Pain On Black

    13. Falling (Feat. Aloe Blacc & Gift Of Gab Of Blackalicious)

    mp3

    DOWNLOAD1.gif

    Technorati




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique