• http://www.voir.ca/blogs/nouvelles_musique/Dead%20Weather%202010.JPG

    Note : ++

    http://www.thedeadweather.com

    http://www.myspace.com/thedeadweather

    REVIEW CONNECT

    Origine du Groupe : North America

    Style : Alternative Rock , Blues

    Sortie : 2010

    Tracklist :

    01 - Blue Blood Blues
    02 - Hussle and Cuss
    03 - The Difference Between Us
    04 - I'm Mad
    05 - Die By The Drop
    06 - I Can't Hear You
    07 - Gasoline
    08 - No Horse
    09 - Looking at the Invisible Man
    10 - Jawbreaker
    11 - Old Mary

    00000000000000DOWNLOAD


    Soyons clairs et attaquons avec la même puissance que Jack White (The White Stripes et mille projets), Alison Mosshart (The Kills), Dean Fertita (Queens Of The Stone Age) et Jack Lawrence (The Raconteurs) emploient dans les morceaux de leur troupe : publié moins d’un an après Horehound, son successeur, Sea of Cowards, ne réinvente pas le fil à démarrer la tondeuse rouillée.

    Mêmes tons, entre blues encre de chine et crasse de centrale à charbon, mêmes évidentes influences 70’s, efficaces, bouillantes et cracheuses comme un volcan islandais. N’empêche. Pendant les quelques mois qui ont séparé les deux albums, The Dead Weather n’est pas demeuré totalement immobile. Le premier disque n’était que la jam initiale, l’enregistrement presque involontaire de trois surdoués musculeux et d’une fille salace contents de se rouler avec une innocence gamine dans le fioul lourd.

    Les trois garçons et la fille ont, depuis, appris à démultiplier et à affiner les possibilités. A aller un peu plus loin, dans chaque domaine. Comme annoncé par White, Sea of Cowards est plus lourd – le massif et méchant Blue Blood Blues ou le formidable premier single Die by the Drop n’annoncent de toute façon pas un poids plume. Plus rugueux, plus abrasif, plus puissant. Plus sobre quand il joue la rêche austérité. Mais bien plus joueur quand le groupe se pique de sortir des microsillons du rock diesel ; on dirait même que des ordinateurs, des Minitel au minimum, ont parfois servi à sa conception.

    Il fait des blagues, il fait danser : The Difference Between Us va très carrément chercher sa petite ligne de synthé tubesque chez Smells Like Teen Spirit. Il multiplie les effets étranges sur les voix (la très bizarre Looking at the Invisible Man), tente des rythmiques plus osées, roule des grosses mécaniques plus démentes (I’m Mad).

    Plus abouti, mieux conceptualisé, il est enfin encore plus démonstratif sexuellement. Du péché en barre, de la luxure en bouteille, un cauchemar pour le Vatican, trois garçons aux corps caverneux gonflés jusqu’à la rupture jouant aux durs autour de la bombe charnelle Alison. Non, Sea of Cowards n’est pas radicalement différent de Horehound. Il est juste plus. Et c’est déjà pas mal.

     

    Par Thomas Burgel

    Technorati